En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mishkovsky Zelda, dite Zelda

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poétesse israélienne (Chernigov, Ukraine, 1914 – Jérusalem 1984).

Fille du rabbin hassidique Shneurson, professeur dans une école religieuse, elle ne se découvrit que tardivement une vocation poétique et publia ses premiers recueils (Loisir et le Carmel invisible) en 1971. Sa poésie, d'un symbolisme religieux marqué, exprime par des formes nouvelles l'émerveillement de l'être devant l'infini et l'indicible. Avec une grande modestie, elle parle de sa quête du sublime, à travers les objets les plus communs, arbres, feuilles, couleurs (Ne t'en va pas..., 1975 ; Est-ce la montagne, est-ce le feu ?, 1977).