En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacques Yver

seigneur de la Bigoterie

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Conteur français (Niort 1520 –1571 ?).

Il fit ses études de droit à Poitiers, où il fréquenta un cercle de lettrés (Tahureau, Toutain, Vauquelin de La Fresnaye, Guillaume Bouchet, du Fail, Scévole de Sainte-Marthe). Il publia en 1572 un recueil de nouvelles qu'il intitula, par jeu de mots sur son patronyme, le Printemps. Conçu sur le modèle du Décaméron, ce recueil rassemble, à l'intérieur d'un récit-cadre où un groupe de devisants évoluent dans un décor raffiné, cinq nouvelles dont les quatre premières ressortissent au genre de la « nouvelle tragique » (genre créé par Boaistuau et Belleforest), et la cinquième, une sorte d'inversion parodique des précédentes, au genre de la nouvelle facétieuse. Le recueil de Jacques Yver connut de son temps un vif succès (20 éditions de 1572 à 1618). Il est, tant par sa thématique que par son écriture, très représentatif des tendances nouvelles qui marquent l'évolution de la littérature narrative dans le dernier tiers du xvie s.