En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Christa Wolf

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancière allemande (Landsberg, auj. Gorzow Wielkopolski, 1929).

Elle fuit devant l'Armée Rouge, fait en R.D.A. des études littéraires et adhère au parti unique S.E.D. Le Ciel partagé (1963) relate l'immersion d'une étudiante en usine, mais aussi la séparation d'un couple par le Mur de Berlin. Christa T. (1968), publié en R.D.A. avec difficulté, dépeint le destin tragique d'une romancière morte trop tôt, et critique la société socialiste. L'affirmation du droit de l'individu à l'épanouissement devient alors un thème central chez C. Wolf, comme dans Aucun lieu, nulle part (1979), rencontre fictive entre Kleist et la poétesse Günderode. L'Histoire et ses mythes la passionnent aussi : Trame d'enfance (1976) interroge les traces du nazisme sur sa génération, Cassandre (1983) se penche sur le caractère destructeur des sociétés modernes. Écologiste (Incident nucléaire, 1987), féministe (Médée, 1996), C. Wolf est contre la réunification et pour un socialisme démocratique (1989-1990). Ce qu'il reste (1990), témoignage d'une romancière surveillée par la Sécurité d'État, déclenche une virulente polémique politico-littéraire (1990-1993).