En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Monique Wittig

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancière et essayiste française (Dannemarie, Haut-Rhin, 1935-Tucson, Arizona, 2003).

Assimilée au Nouveau Roman par l'Opoponax (prix Médicis, 1964), où le « on » enfantin voit naître la conscience de la mort et de l'amour, elle s'engage par la suite dans l'écriture féministe (les Guérillères, 1969 ; le Corps lesbien, 1973 ; Brouillon pour un dictionnaire des amantes, 1975 ; Virgile, non, 1985). Installée aux États-Unis, où elle enseigne depuis 1976, elle prend ses distances avec le M.L.F. (dont elle fut la cofondatrice en 1968) et le féminisme français (Irigaray, Cixous) pour étudier la différence sexuelle comme matrice des systèmes politiques (Paris-la-politique et autres histoires, 1999 ; The Straight Mind and Other Essays, 1992 ; la Pensée Straight, 2001).