En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Horace Walpole

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Comte d'Orford, écrivain anglais (Londres 1717 – id. 1797).

Fils du Premier ministre Robert Walpole, ami de Thomas Gray, son condisciple à Eton, avec qui il voyagea en France et en Italie (1739-1741), il se consacra après des désillusions politiques (il abandonna le Parlement en 1768) aux arts et à la littérature. Il inspira à Mme du Deffand une passion de vieillesse, qui est à l'origine d'une admirable correspondance. Esthète, il concrétisa sa passion pour le gothique, caractéristique du préromantisme, en construisant un château dans ce style dans sa propriété de Strawberry Hill, à Twickenham. Pionnier du renouveau « gothique » et des jardins à l'anglaise, il donna avec ses Doutes historiques sur la vie et le règne de Richard III (1768) un nouveau style à l'histoire. Son œuvre se partage entre des poèmes et des pièces de théâtre, Fugitive Pieces in Verse and Prose (1758), The Mysterious Mother (1768), tragédie de l'inceste dans un cadre médiéval, et des travaux d'histoire de l'art ou du goût, Catalogue of Royal and Noble Authors (1758), Anecdotes of Painting in England (1762-1771), A Catalogue of Engravers who have been born or lived in England (1763). Mais c'est grâce à un seul récit, le Château d'Otrante (1764), qu'il appartient à l'histoire littéraire. Il donne là le prototype du roman noir et en définit les thèmes quasi invariables : surnaturel, cadre italien, souterrains, crimes passionnels, victime persécutée, en même temps qu'il transpose, dans des images et un argument littéraires, le gothique de Strawberry Hill. Malgré l'absence de profondeur psychologique et le caractère un peu laborieux du fantastique, le roman, perçu comme manifeste antirationaliste, rencontra un vif succès et lança un genre.