En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Robert Wace

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète anglo-normand (Jersey v. 1100 – v. 1175).

Clerc protégé d'Henri II et un temps chanoine de Bayeux, il a beaucoup contribué à la diffusion du mythe arthurien, et a été aussi l'un des fondateurs de l'historiographie en langue vernaculaire. L'adaptation qu'il donne en 1155 de l'Historia regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth dans son Roman de Brut lie l'histoire des rois britanniques au mythe de l'origine troyenne de la Grande-Bretagne et fait une large place aux ancêtres d'Arthur, au règne de son père Uter, secondé par Merlin. L'image qu'il donne ensuite d'Arthur et de son règne, apogée de la puissance bretonne, lui confère le triple statut de roi guerrier, de roi civilisateur (Arthur incarne l'idéal courtois, fonde la Table ronde – pour la première fois mentionnée – à l'usage de ses chevaliers, triomphe du géant du Mont-Saint-Michel) et de roi très chrétien. Le parcours d'Arthur devrait le conduire jusqu'à la conquête de Rome, mais il est alors victime de la trahison de son neveu Mordret. Blessé dans la bataille qu'il livre contre le traître, il est emporté par sa sœur Morgain dans l'île d'Avalon d'où les Bretons espèrent qu'il reviendra un jour. Wace n'a sans doute pas inventé la matière de son récit. Les motifs narratifs et descriptifs qu'il met au point (le motif de la tempête, par exemple, ou les descriptions de villes, de fêtes, de batailles), son style très marqué par la rhétorique, et plus encore la dimension tragique qu'il donne au destin d'Arthur exerceront une très forte influence sur la fiction romanesque (romans sur Tristan notamment et romans arthuriens) au xiie siècle. Autre œuvre majeure, son Roman de Rou (entre 1160 et 1170) réfléchit sur la fonction de l'histoire, indispensable mise en mémoire des faits, des « dits » et des « mœurs » des hommes d'autrefois à l'usage des hommes d'aujourd'hui et sur le rôle de l'historien, par qui se perpétue ce passé et qui doit tendre à l'exactitude. Allant de la fondation du duché de Normandie par le Viking Rollon jusqu'au début du règne d'Henri Ier (1106), le Rou passe de l'évocation d'un passé légendaire à une relation souvent bien documentée de l'histoire récente. Ainsi de la célèbre description de la bataille d'Hastings.