En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mihály Vörösmarty

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain hongrois (Kápolnásnyék 1800 – Pest 1855).

Chef de file des romantiques, il est avec Petöfi le plus important poète hongrois de la première moitié du xixe s. Né en Transdanubie dans une famille de hobereaux appauvris, il devint avocat en 1824. Il est l'auteur de poèmes épiques : la Fuite de Zalán (1825), Cserhalom (1825), histoires situées dans des époques lointaines ou imaginaires. De cette époque datent également la tragédie Kont (1825), l'épopée les Deux Châteaux voisins (1831) et le conte dramatique Csongor et Tünde (1831). Député pendant la révolution de 1848, il vit dans la clandestinité après la défaite, puis, gracié, revient à Pest en 1850. Vers la fin de sa vie, atteint de mélancolie, il se sent guetté par la folie. On lui doit aussi de nombreux poèmes lyriques, comme Szózat (Appel, 1837), devenu chant national, des chansons à boire (Chants de Fót, 1842) et des poèmes philosophiques (Réflexions surgies dans une bibliothèque, 1844 Préface, 1850).