En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maria Aleksandrivna Vilinska-Markovytch, dite Marko Vovtchok

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Femme de lettres ukrainienne (Ekaterinovka 1834 – Naltchyk 1907).

Épouse de l'ethnologue A. Markovytch, amie de Chevtchenko et des démocrates russes, elle fréquenta, lors de ses voyages en France, Tourgueniev et Flaubert, et participa à la collecte du folklore ukrainien. Sa production littéraire comprend une vingtaine de récits, dans lesquels elle dénonce la condition des serfs et la misère rurale consécutive à la réforme inachevée de 1861 (Récits populaires d'Ukraine, 1857 ; l'Étudiante, 1860 ; Âme qui vive, 1868 ; En province, 1875). Elle est l'auteur original de Maroussia, récit pour enfant que Hetzel, son ami et éditeur parisien, remania et signa de son seul nom de plume de Stahl. Elle est (en russe) la traductrice de J. Verne.