En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Vincent Voiture

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Amiens 1597 – Paris 1648).

Fils d'un riche marchand de vin, il fit des études de droit, mais se poussa rapidement dans le monde. Lié au duc de Bellegarde et au comte d'Avaux, il fréquenta le salon de Mme des Loges, et rencontra Mme de Rambouillet en 1625. Attaché cependant au service du frère du roi, Gaston d'Orléans, il le suivit dans sa rébellion. En 1634, il rentra en grâce auprès du roi et de Richelieu, reçut charges (gentilhomme ordinaire, maître d'hôtel du roi) et pensions (il fut le plus riche écrivain de son époque) et fut l'un des premiers membres de l'Académie française. « Âme du rond » de la marquise de Rambouillet, il mit au point tout un art de la conversation, de la lettre familière et spirituelle (rivale des Lettres éloquentes de Guez de Balzac et annonçant certaines de celles de Mme de Sévigné), de la poésie à la fois savante par la forme et mondaine par l'esprit (épîtres, sonnets, stances, madrigaux, épigrammes et rondeaux). Sans exclure totalement la sincérité, il s'agit surtout de jeux virtuoses, étroitement liés au monde qui les voit naître (d'ailleurs, Voiture ne publia rien de son vivant). Son goût pour les archaïsmes, les jeux de mots, l'allusion, le sous-entendu et la métaphore coquine ou ironique, comme dans la célèbre Lettre de la carpe au brochet (éloge adressé à Condé après sa traversée du Rhin), le rapproche du badinage et d'un burlesque « agréable ».