En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Geoffroi de Villehardouin

Conquête de Constantinople
Conquête de Constantinople

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Maréchal de Champagne et chroniqueur français (vers 1148 – v. 1213).

Il est l'auteur de la Chronique de Constantinople, une des plus anciennes chroniques rédigées en prose française. Par ses fonctions, il joua un rôle important dans les affaires administratives et politiques, auprès de son seigneur Thibaut III de Champagne. Lors de la quatrième croisade (1199), il exerça de multiples activités et montra ses talents d'homme de guerre et de diplomate : négociateur et orateur, il poussa Boniface de Montferrat, chef de l'expédition, à accepter les propositions du prince byzantin Alexis Ange Comnène, et aida après la prise de Constantinople (1204) à la réconciliation entre le nouvel empereur Baudouin Ier et Boniface de Montferrat. Après ses glorieux services, il reçut le titre de maréchal de Champagne et de Romanie. Composée sans doute dans les dernières années de sa vie pour justifier le détournement de la croisade et relater ce dont il a été l'acteur et le témoin directs, sa chronique rapporte les événements selon leur déroulement chronologique, dans un style sobre et dépourvu de fantaisie, qui n'exclut pas cependant le nombre et la précision des détails et certains effets rhétoriques. Partiale à certains égards, en particulier dans l'apologie de Boniface, elle vise à renseigner et à instruire. Sa valeur historique et édifiante provient de la forte implication politique de l'auteur et de son indéfectible fidélité à ses engagements religieux et moraux.