En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Vauquelin de La Fresnaye

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète français (La Fresnaye-au-Sauvage, près de Falaise, 1536 – Caen 1606).

Avocat au barreau de Caen dès 1558, où il poursuit jusqu'à sa retraite une carrière de magistrat, il publie à Caen ses Diverses Poésies : un groupe d'Idillies et Pastorales, un autre de Satires, un autre d'Épigrammes, d'Épitaphes et de Sonnets, le tout couronné par un Art poétique en vers.

Avec le recueil de ses Foresteries (1555) et celui de ses Idillies et Pastorales, Vauquelin se place parmi les premiers poètes bucoliques français du xvie s. Contemporaines du Bocage (1554) de Ronsard, les Foresteries, œuvre de jeunesse, s'inspirent des Anciens (Théocrite, Virgile), des Italiens (Sannazzaro, l'Arioste) et de Ronsard. Elles trouvent leur unité dans leur double inspiration amoureuse et champêtre, et leur originalité (lorsqu'on les compare aux poèmes bucoliques des Ronsard, Du Bellay, Baïf et Belleau) dans leur accent personnel et la rusticité drue de leur style, proche souvent de celui de la chanson populaire.

Composé à partir de 1574 sur l'incitation du roi Henri III et publié en 1605, l'Art poétique de Vauquelin est le dernier en date des Arts poétiques publiés au xvie siècle. Son originalité réside dans deux traits : dans la place, d'abord, qu'il réserve à la littérature du Moyen Âge et le rôle qu'il lui reconnaît (à la différence des poètes de la Pléiade) dans la formation du génie littéraire de la nation ; dans le vœu, ensuite, de voir éclore une poésie et un théâtre humanistes d'inspiration chrétienne.