En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John Holbrook Vance, dit Jack Vance

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain américain (San Francisco 1916).

Ancien soldat de la marine marchande, il est l'auteur d'une œuvre considérable (une quarantaine de romans, plus d'une centaine de nouvelles), marquée par l'exotisme et l'attrait pour les civilisations « différentes » situées dans un futur lointain. On retiendra les Langages de Pao (1958), Un monde d'azur (1966) et le cycle de Tschaï (quatre romans publiés entre 1968 et 1970), qui témoignent de la minutie avec laquelle il s'applique à jouer les ethnologues de l'imaginaire. Les civilisations qu'il dépeint sont d'ailleurs souvent si éloignées de la nôtre que cela lui a valu de passer pour un auteur d'« heroic fantasy », alors que quelques-uns de ses titres seulement relèvent de ce genre : Un monde magique (1950), Cugel l'astucieux (1966) et Lyonesse, le Jardin de Suldrun (1983).