En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Karel Van de Woestijne

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain belge (Gand 1878 – Zwijnaarde 1929).

Il participe à la vie intellectuelle et artistique animée de la Belgique fin de siècle. Il se fixe à Bruxelles, collaborant à la revue Van Nu en Straks, enseignant la littérature à l'université de Gand (1920-1927). Mais sa vie intérieure est minée par l'angoisse et une lutte entre esprit et sensualité qui s'exprime dans ses premiers recueils poétiques (la Maison paternelle, 1903). La détresse fait ensuite place à une spiritualité presque mystique, où il atteint le sommet de son art (l'Homme de boue, 1920 ; le Lac de montagne, 1928). Sa prose est d'inspiration biblique, folklorique ou symbolique (Janus au double visage, 1908 ; Imaginations divines, 1918 ; Continuelle Présence, 1918). La diversité de son talent est encore attestée par sa prose épique (Interludes, 1912-1914 ; le Soleil dans le dos, 1924), par le roman épistolaire les Tours d'argile (1928) et par son œuvre de critique d'art et de littérature.