En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Arthur Van Schendel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain hollandais (Batavia 1874 – Amsterdam 1946).

Dans une première période d'inspiration néoromantique, il suggère par touches légères et colorées les lieux et l'époque (souvent le Moyen Âge) de ses romans, pour mieux faire ressortir la vie intérieure de ses personnages (Un vagabond amoureux, 1904 ; les Fleurs de l'amour, 1921 ; Angiolino et le Printemps, 1923 ; Merona, un gentilhomme, 1927). Après la Frégate « Marie-Jeanne » (1930), épopée tragique dont le personnage principal est un bateau, c'est dans la Hollande du xixe s., attachée à un calvinisme orthodoxe, que se passent ses romans d'atmosphère toujours dominés par la tragique fatalité (Un drame hollandais, 1935 ; l'Homme riche, 1936 ; les Oiseaux gris, 1937). Ses derniers romans, où se retrouve la veine néoromantique (le Monde, une fête dansante, 1938 ; les Sept Jardins, 1939 ; Monsieur Obéron et Madame, 1940), font preuve d'une fantaisie déjà présente dans ses nouvelles.