En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tâyya Gabra-Mâryâm

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain éthiopien (vers 1860 – 1924).

Il appartint à la première génération des écrivains modernes du début du xxe, et ses livres ont été parmi les premiers imprimés en Éthiopie. Il travailla pendant une vingtaine d'années à la mission évangélique suédoise de Monkullo en Érythrée, où il publia en 1889 une grammaire traditionnelle (sawâsew). À la suite de la mission Rosen (1905), il fut choisi par Ménélik pour aller enseigner à l'université de Berlin comme assistant de E. Mittwoch ; il y resta deux ans et visita par la même occasion d'autres villes européennes. Après la maladie qui immobilisa Ménélik en 1909, il fut l'objet de violentes attaques et fut longtemps emprisonné. Rentré en grâce, il fit un peu figure d'historiographe officiel. Il écrivit des poésies religieuses en guèze et, surtout, une Histoire du peuple d'Éthiopie (1922), plusieurs fois réimprimée.