En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Aleksandr Trifonovitch Tvardovski

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète russe (Zagorie 1910 – Moscou 1971).

Sa première œuvre poétique importante, le Pays de Mouravia (1934-1936), inventive, exploitant à merveille folklore paysan et langage populaire, est un éloge du kolkhoze bien que ses parents koulaks furent déportés. C'est la guerre qui lui permit de se réconcilier avec lui-même en incarnant en Vassili Tiorkine (1941-1945) l'héroïsme dans l'épreuve des citoyens les plus humbles. L'œuvre ultérieure dénote une exigence de vérité : la Maison au bord du chemin (1946) évoque le sort des prisonniers soviétiques au retour d'Allemagne, Tiorkine dans l'au-delà (1954-1963) fournit le reflet grotesque des années sombres, Droit de mémoire (1968, publié en 1988) parle de la collectivisation forcée. Rédacteur en chef de la revue le Monde nouveau (Novyj Mir, 1950-1954 et 1958-1970), il joua un rôle essentiel dans le renouveau littéraire des années 1960 en soutenant de jeunes écrivains, dont Soljenitsyne.