En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tsubouchi Yuzo, dit Tsubouchi Shoyo

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain japonais (Gifu 1859 – Shizuoka 1935).

Dans la Quintessence du roman (1885), le premier ouvrage japonais de critique littéraire moderne, il pose les bases théoriques du récit moderne japonais, en définissant l'art romanesque comme une construction logique et réaliste dont l'objet essentiel doit être de cerner au plus juste la psychologie des êtres mis en scène. Son roman Portraits d'étudiants de ce temps (1885) tente d'illustrer ces théories. Il se consacre ensuite à une recherche sur le théâtre qui englobe tous les arts scéniques traditionnels du Japon et le théâtre occidental (il traduit l'œuvre complète de Shakespeare). Ses essais sur l'art dramatique et ses propres pièces : Une feuille de Paulownia (1994) ; Urashima, une nouvelle composition (1904) ; l'Ermite (1916), font de lui un des fondateurs du théâtre japonais moderne.