En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Albert T'serstevens

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français d'origine belge (Uccle, Belgique, 1886 – Neuilly-sur-Seine 1974).

À Paris, où il fréquente Cocteau, Picasso, Auric, Fernand Léger et surtout Blaise Cendrars (qu'il évoquera dans l'Homme que fut Blaise Cendrars, 1972), il publia des Poèmes en prose (1911) dont la luxuriance préfigurait l'œuvre à venir. Son goût du voyage et de la liberté lui fait jeter un regard curieux et ironique sur la société parisienne (Beni Ier, roi de Paris, 1926) comme sur un monde où le rêve est parfois difficile à démêler de la réalité (le Vagabond sentimental, 1923 ; les Corsaires du roi, 1930 ; l'Or du Cristobal, 1936). Il ponctuera ses pérégrinations de récits où l'érudition le dispute au pittoresque (Tahiti et sa couronne, 1950 ; Mexique, pays à trois étages, 1955 ; Flâneries dans Istanbul et ses entours, 1973), sans oublier ses nombreuses Escales parmi les livres (1969).