En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Anthony Trollope

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancier anglais (Londres 1815 – id. 1882).

Né dans une famille que des spéculations malheureuses ont ruinée, mais pourtant élevé à Winchester et à Harrow, il connaît une adolescence difficile et mène comme fonctionnaire des postes une existence médiocre jusqu'à ce qu'une carrière littéraire, dans laquelle il se lance sur le tard, lui amène la prospérité en faisant de lui un des romanciers les plus lus de l'époque victorienne. Commencée avec le Directeur (1855), la série des romans situés dans la province imaginaire du Barsetshire (les Tours de Barchester, 1857 ; le Docteur Thorne, 1858 ; le Presbytère de Framley, 1861 ; la Petite Maison d'Allington, 1864 ; Dernière Chronique du Barset, 1866-1867) campe toute une société provinciale dans laquelle l'argent et le prestige social jouent un rôle déterminant et où l'autorité de l'Église et les modèles imposés par l'aristocratie terrienne préservent pour quelque temps encore un ordre social menacé par l'influence de la ville. Adoptant la même technique qui consiste à prendre pour héros l'un des personnages secondaires d'un précédent livre, les romans « politiques » ou « parlementaires » (Peut-on lui pardonner ?, 1864-65 ; Phinéas Finn, 1867-1869 ; les Diamants Eustace, 1871-1873 ; les Antichambres de Westminster, 1873-1874 ; le Premier ministre, 1875-1876 ; les Enfants du duc, 1879-1880), en même temps qu'ils démontent les mécanismes du pouvoir, donnent le tableau de la classe sociale qui y aspire : la haute bourgeoisie du xixe siècle anglais. Le réalisme de Trollope – qui, à la différence de Thackeray auquel on l'a comparé, accepte les valeurs de la société qu'il décrit – n'exclut pas la présence constante d'un humour qui, dans les derniers romans (Il savait qu'il avait raison, 1869 ; Notre vie d'aujourd'hui, 1874-1875 ; la Famille de M. Scarborough, 1883), devient proche de la satire.