En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tripitaka

(Triple Corbeille)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Mot sanskrit (tipitaka en pali) désignant l'ensemble des textes canoniques du bouddhisme theravada, utilisés encore actuellement à Sri Lanka, ainsi qu'en Asie du Sud et du Sud-Est. Il est admis que le Bouddha n'a lui-même rien écrit, et que son enseignement oral s'effectua sans doute à l'origine dans la langue du Magadha. Par la suite, tipitaka a désigné le texte écrit, par rapport au commentaire effectué en diverses langues. C'est à partir du concile de Rajagriha, l'actuelle Rajgir, un an après la mort du Bouddha, que ses paroles furent transcrites et réparties en trois volumineux recueils ou « triple corbeille », contenant les versions et exégèses hinayanistes multiples, tandis qu'un autre courant donnait naissance aux recueils en langue sanskrite, d'inspiration mahayaniste. Le Tripitaka se compose du Sutta pitaka (prières, stances, discours...), du Vinaya pitaka (sur la discipline monastique) et de l'Abhidhamma pitaka (traités de philosophie bouddhique). Parmi les textes remarquables figurent dans les cinq livres du Sutta pitaka : le Dhammapada, recueil de stances versifiées d'une grande poésie, le Theragatha et le Therigatha (Stances des Anciens et des Anciennes), et le livre des Jataka, ou récits des vies antérieures du Bouddha. Dans les trois livres du Vinaya se trouve le Patimokkha, récité par les bonzes. Les sept livres de l'Abhidhamma contiennent l'enseignement des données fondamentales de la doctrine bouddhique (dhamma).