En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Michel Tremblay

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain québécois (Montréal 1942).

Il inaugure avec les Belles-Sœurs (1968) un théâtre contestataire suscitant enthousiasme et controverse, qui adopte le joual pour mieux souligner la déchéance du sous-prolétariat qu'il dépeint : quinze femmes du peuple, à la fois typées et fortement individualisées, font éclater leurs frustrations dans une alternance de monologues, duos, trios, quatuors, quintettes et chœurs. Le contraste est violent entre la forme musicale, la langue jouale et le fond revendicateur du discours. Il revient au français dans son adaptation d'Aristophane (Lysistrata, 1969) et poursuit sur la scène (À toi, pour toujours, ta Marie-Lou, 1971 ; Albertine en cinq temps, 1984), comme dans ses chroniques romanesques du plateau Mont-Royal (La grosse femme d'à côté est enceinte, 1978 ; Thérèse et Pierrette à l'école des Saints-Anges, 1980 ; la Duchesse et le Roturier, 1982 ; Des nouvelles d'Édouard, 1984), la peinture du climat social et religieux québécois dont l'humour tempère le réalisme. La galerie de portraits est impressionnante.