En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Georg Trakl

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète autrichien (Salzbourg 1887 – Cracovie 1914).

Hanté par l'amour incestueux pour sa sœur et par l'androgynie qui sauverait l'homme de la malédiction du sexe, Trakl, cet « étranger sur terre », est l'authentique héritier autrichien de Rimbaud. Son seul havre de paix est la maison de Ludwig von Ficker, l'éditeur du Brenner, où paraissent ses poèmes de 1912 à 1914. Après la bataille de Grodek (titre de son dernier poème), Trakl meurt à l'hôpital militaire de Cracovie d'une surdose de cocaïne. À ses débuts, il subit les influences du symbolisme et du néoromantisme. À partir de 1910, il se crée un nouveau langage poétique correspondant au « chaos infernal de rythmes et d'images » qu'il sent en lui. Hölderlin et Rimbaud déterminent sa vision apocalyptique du monde et la naissance d'un chant poétique unique dans la littérature allemande de ce siècle (Elis, Hélian). Seul un mince recueil de ses poèmes a été publié de son vivant, en 1913. Du second volume (Sébastien en rêve), il n'a vu que les épreuves. Ses derniers poèmes ont paru dans le Brenner en 1915.