En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alekseï Nikolaïevitch Tolstoï

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain russe (Nikolaïevsk 1883 – Moscou 1945).

De famille noble, il révèle ses dons de conteur dans ses Contes de la pie (1910), puis dans des récits (le Maître boiteux, 1912) évoquant le déclin de la noblesse. Il revient, après la Révolution et le temps de l'émigration (1918), sur ses souvenirs dans l'Enfance de Nikita (1922) et exprime son désarroi dans les Sœurs (1922-1925). Ce roman, consacré aux années pré-révolutionnaires, montre une société en décomposition, adonnée au mal-être et privée de toute énergie. Rentré en Russie, il lui donna une suite dans ce qui devint une trilogie (le Chemin des tourments : l'An 18, 1928 ; Morne Matin, 1841) retraçant l'itinéraire sinueux d'un groupe d'intellectuels, d'abord hostiles à la Révolution puis y adhérant. Lui-même devint rapidement un proche de Staline. Son Pierre Ier (1929-1945), écrit dans le goût du réalisme monumental, manque de profondeur et de vérité, mais présente des qualités stylistiques incontestables ; il est en cela à l'image de toute son œuvre.