En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John Toland

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Théologien et philosophe irlandais (Inishoven, près de Londonderry, 1670 – Putney 1722).

Élevé dans la religion catholique, converti à 16 ans au protestantisme, il publia en 1696 un traité de philosophie déiste (le Christianisme sans mystère) qui fit scandale et l'obligea à prendre la fuite. Parti au Hanovre et devenu le protégé de l'électrice Sophie, il lui adressa ses Lettres à Serena (1704) et multiplia les pamphlets dirigés contre le christianisme ou prônant une religion œcuménique qui unirait les charmes du paganisme et les versions juive et chrétienne du monothéisme. Son influence sur le mouvement des Lumières est considérable, notamment sur Diderot.