En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Olga Tokarczuk

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancière polonaise (Sulechow 1962).

Née dans une famille où le matérialisme est la seule philosophie admise, élevée dans un certain isolement intellectuel (ses parents dirigent une université populaire à la campagne), elle se crée un univers animé par les dieux qu'elle découvre dans les livres de mythologie grecque et latine. Curieuse des diverses dimensions de l'existence humaine, elle fait des études de psychologie à l'université de Varsovie (1980-1985), avant de devenir la romancière la plus lue par les Polonais à la fin du xxe siècle. Ses romans délaissent l'histoire et la politique, réduites à l'état de paysage, pour camper le vécu très personnel de personnages à la fois réels et mythiques. Olga Tokarczuk instaure des liens complexes et souvent mystérieux entre les différents protagonistes de ses livres, entre eux et leurs lieux de vie, entre eux, leurs lieux de vie et les êtres qui les ont précédés dans ces endroits. Elle s'inquiète de la fragilité de l'existence humaine, du caractère fugace des sentiments ; ses personnages tentent de faire montre de compassion envers ceux qui comme eux souffrent d'un égoïsme destructeur qui est de toutes les époques. Elle crée des microcosmes qui sont autant de « patries locales » où seul le respect de la différence d'autrui et celui de la diversité des modes de vie est porteur d'espoir. L'ambiance de ses narrations est parfois proche d'un mysticisme très particulier tant il a de récurrences dans les diverses religions, dont le catholicisme et l'orthodoxie, mais aussi dans des croyances plus archaïques. Olga Tokarczuk se crée par ailleurs une langue littéraire très belle par la richesse de ses tournures empruntées à un polonais parfois ancien qu'elle parvient à moderniser avec bonheur. Elle a débuté par une plaquette de poésies (Une ville dans les miroirs, 1989), a collaboré au Dictionnaire des concepts de l'analyse jungienne (1990), mais est devenue célèbre avec ses romans : le Voyage des gens du livre (1993), E.E. (1995), Dieu, le temps, les hommes et les anges (1996), Maison de jour, maison de nuit (1998). Elle est aussi l'auteur de recueils de nouvelles, l'Armoire (1997), Jeu sur plusieurs tambourins (2001), et d'un essai, la Poupée et la Perle (2001).