En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Fray Gabriel Téllez, dit Tirso de Molina

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Auteur dramatique espagnol (Madrid 1583 – Almazán 1648).

Disciple autoproclamé de Lope de Vega, il aurait écrit environ 300 comédies en quatorze ans, dans lesquelles il égale son maître tant par la profondeur de l'analyse des caractères que par la précision de la peinture sociale et la violence de la satire. Mais seuls nous sont parvenus un petit nombre d'intermèdes et d'autos sacramentels et quelque 80 pièces, imprimées aux xviie et xviiie siècle : un quart d'entre elles traitent de sujets bibliques (la Vengeance de Tamar), hagiographiques, ou de légendes pieuses (la trilogie de Sainte Jeanne). Un autre quart est constitué de comédies pseudo-historiques (À bon entendeur salut) et historiques (la Prudence chez la femme), souvent des fresques, parfois l'histoire d'un favori (le diptyque sur Álvaro de Luna) ou celle de l'obscure héroïne de la guerre hispano-portugaise de 1475-1479 (Antona García). L'autre moitié regroupe des comédies d'intrigue, souvent de cape et d'épée (Marthe la dévote, l'Amour médecin, les Balcons de Madrid) et, bien qu'elle ne soit pas inclue dans les cinq partes, une comédie édifiante inspirée d'un fait réel rapporté par la Chronique de Séville, El Burlador de Sevilla [l'Abuseur de Séville, avant 1620] et qui est à la source du mythe de Don Juan. On lui doit en outre un drame religieux, sans doute le chef-d'œuvre mondial du genre : le Damné par manque de foi.