En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tertullien

en latin Quintus Septimius Florens Tertullianus

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain latin chrétien (Carthage v. 155 – 222).

Fils d'un centurion carthaginois, Tertullien fit à Rome des études de rhétorique. Converti au christianisme vers la trentaine, il revint en Afrique v. 195. Son tempérament fougueux en fit aussitôt un apologiste ardent de la religion chrétienne. Dans son exigence d'absolu, Tertullien se rallia v. 207 aux thèses fanatiques du montanisme, puis finit par constituer une secte originale plus rigoriste encore, celle des tertullianistes, qui devait se perpétuer pendant trois siècles. Dès 197, il commenca à écrire une œuvre gigantesque au style percutant. Son ouvrage adressé Aux nations est une critique acerbe du paganisme ; l'Apologétique (197), véritable plaidoyer en faveur de la liberté de religion, constitue une défense du christianisme adressée aux gouverneurs romains persécuteurs des chrétiens. Tertullien se montra un polémiste infatigable : Sur la prescription des hérétiques (vers 200) est une méthode de combat contre les déviations teintées de gnosticisme ; Contre Marcion, le plus volumineux de ses traités, dénonce l'opposition établie entre le Dieu de l'Ancien Testament et celui du Nouveau ; Contre Hermogène développe la doctrine chrétienne de la création du monde matériel par Dieu ; Contre Praxeas est une somme doctrinale des développements théologiques de la notion de Trinité divine. Tertullien a écrit aussi de nombreux ouvrages traitant de la morale pratique, où il se montre témoin privilégié des mœurs de son époque et un infatigable dénonciateur de tout laxisme : Aux martyrs, Sur les spectacles, Sur la toilette des femmes, Sur la prière (le plus ancien commentaire connu du Notre Père), Sur la patience, Sur la pénitence, Sur la couronne (où il prône l'objection de conscience). Plus serein est son traité Sur l'âme, où il s'interroge sur l'essence de l'âme et réfute les philosophies antiques qui nourrissaient les hérésies contemporaines, en particulier le platonisme. À la différence des autres apologistes que furent Minucius Felix et Lactance, Tertullien, premier écrivain chrétien de langue latine, apparaît comme un esprit intransigeant, un « intégriste », dirait-on aujourd'hui, partisan d'une rupture totale du christianisme avec la culture classique, dont il est pourtant lui-même imprégné. Mais son talent littéraire et son style puissamment original font de lui un écrivain de premier ordre, et l'un des plus grands de la littérature latine.