En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Saül Tchernikhovsky

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète d'origine russe et de langue hébraïque (Mikhaïlovka, Crimée méridionale, 1875 – Jérusalem 1943).

Il passa sa jeunesse à la campagne où sa famille vivait en bonne intelligence avec ses voisins, les Tatars. Très tôt, il s'intéressa à la fois à la Bible, aux œuvres de la Haskalah et à la littérature mondiale. De 1890 à 1899, il vécut à Odessa où il fréquenta une école de commerce et étudia des langues anciennes et modernes. C'est là qu'il publia ses premiers poèmes en hébreu, et, en 1899, parut son recueil Visions et Mélodies. La même année, il entreprit à Heidelberg des études de médecine qu'il acheva à Lausanne en 1905. Il y composa son Livre des idylles, publié en 1922. Le second volume des Visions et Mélodies parut en 1901. De 1907 à 1910, il fut médecin de campagne en Russie, puis médecin au front durant la Première Guerre mondiale, enfin externe dans un hôpital militaire. En 1922, il s'installa à Berlin, tenta d'aller vivre en Palestine en 1925, mais revint à Berlin où il demeura jusqu'en 1931, date de son retour en terre d'Israël. Il y fut nommé médecin des écoles de Tel-Aviv. Son œuvre présente une grande variété de thèmes et un certain nombre de contradictions, notamment dans l'attitude ambiguë face à l'héritage juif. Les thèmes de la nature et de l'amour tiennent également une place importante. Mais sa contribution originale réside dans les poèmes d'inspiration grecque dont un des plus célèbres, Devant la statue d'Apollon, fit scandale.

Dans ce poème comme dans d'autres œuvres qui témoignent de son admiration pour la culture grecque, il attaque violemment le peuple juif de l'exil et critique la culture et la religion juives auxquelles il oppose l'idéal grec de la beauté. Il glorifie néanmoins les héros juifs antiques qu'il rapproche des héros grecs. C'est dans cette optique qu'il se fait le chantre de la renaissance dans le pays ancestral. À ces poésies s'opposent les œuvres inspirées par la vie juive de son village natal, qu'il décrit avec tendresse et nostalgie. En outre, de nombreux poèmes puisent leurs thèmes dans le martyrologe juif. Après son installation en Palestine, sa poésie prend un caractère nouveau et chante la jeunesse qui régénère le pays. Tchernikhovsky ne se contente pas d'enrichir la poésie hébraïque de nouveaux thèmes, mais introduit des formes nouvelles telles que l'idylle, développe le genre du long poème dramatique et porte le sonnet à un degré de perfection jamais atteint. On lui doit d'importantes traductions d'œuvres classiques parmi lesquelles : l'Iliade et l'Odyssée, le poème finnois du Kalevala, le Banquet de Platon, l'Épopée de Gilgamesh, le Chant de Hiawatha de Longfellow, le Malade imaginaire de Molière. Il a aussi laissé un drame (Bar Kokhba) et de nombreuses nouvelles relatant ses souvenirs de médecin.