En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacques Tahureau

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Le Mans 1527 – v. 1555).

Il prit part aux guerres d'Italie ; de retour en France, il se lia d'amitié avec J.-A. de Baïf et se familiarisa, grâce à ce dernier, avec la doctrine et la pratique de la jeune école de la Pléiade. Il mourut l'année même de son mariage, en 1555. Il avait, en 1554, édité un recueil de poèmes pétrarquisants, les Sonnets, Odes et Mignardises amoureuses de l'Admirée. Mais ce sont les Dialogues, publiés après sa mort en 1565, qui constituent la part de son œuvre la plus originale. S'inspirant du philosophe grec Démocrite, il s'y livre, au nom de la raison, à une critique systématique et impitoyable de toutes les « folies » humaines : après celle de l'amour (à quoi est consacrée la plus grande partie du Premier Dialogue) vient celle des diverses impostures dont se sont rendus coupables au cours de l'Histoire les nobles, les hommes de loi, les médecins, les astrologues, les alchimistes, et, pour finir, ceux qu'il appelle les « forgerons de dieux », c'est-à-dire les fondateurs des différentes religions.