En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

T'itsian Iust'ines dze T'abidze

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète géorgien (Tch'q'vichi 1895 – 1937).

Né dans une famille de popes, ami des symbolistes russes, il est l'un des fondateurs des Tsisperi q'ants'ebi (Les Cornes d'Azur), le rédacteur de deux de leurs revues, Rubik'oni et Barik'adi, puis rejette leur esthétique. Il traduit en géorgien Lautréamont et Laforgue, Pasternak (qui lui adresse ses Lettres aux amis géorgiens) et Blok. Après avoir combattu dans ses articles les sociaux-démocrates, il chante avec lyrisme la Géorgie nouvelle, la Nuit de Tbilisi (1927), Rioni-Port (1928), Okroq'ana (1929) et l'Internationale révolutionnaire, En Arménie (1932), Dolorès ma sœur, Basques mes frères (1936). Il est arrêté et disparaît lors de la grande purge stalinienne de 1937.