En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Edith Södergran

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Femme de lettres finlandaise d'expression suédoise (Saint-Pétersbourg 1892 – Raivola, Carélie, 1923).

La Lyre de septembre (1918), l'Autel de roses (1919), l'Ombre de l'avenir (1920) et surtout le Pays qui n'existe pas (1925) prodiguent des traits prophétiques ou visionnaires, les symboles d'une nature aux résonances infinies. L'œuvre clame avec l'énergie du désespoir un vouloir-vivre pathétique, dans une simplicité et une intimité de ton émouvantes. L'inspiration emprunte à la métaphysique, mais, plus que tout, s'impose une voix poétique qui tenta farouchement de triompher d'un désaccord essentiel, en exaltant la liberté souveraine du créateur déshérité.