En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mário de Sá-Carneiro

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète portugais (Lisbonne 1890 – Paris 1916).

C'est l'une des principales figures de la revue Orpheu, qui introduisit le modernisme au Portugal. Tributaire du futurisme, il fait l'éloge du cosmopolitisme et de la civilisation mécanique, allant jusqu'à emprunter aux techniques publicitaires les slogans et le graphisme (Manucure). Mais l'ensemble de son œuvre, d'une sensibilité exacerbée, marquée par le symbolisme, évolue dans le sens d'une dispersion de l'être et de l'anéantissement du moi (Dispersion, 1914 ; Indices d'or, 1937 ; Poésie, 1946). Ses nouvelles (Principes, 1912 ; Ciel en feu, 1915) et ses Lettres à Fernando Pessoa (1958-1959) témoignent du sentiment de frustration qui le conduisit au suicide.