En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Edward Hamilton Waldo, dit Theodore Sturgeon

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain américain (New York 1918 – Eugene, Oregon, 1985).

Après avoir exercé de nombreux métiers, il fait ses débuts littéraires à la fin des années 1930 dans Astounding S. F. S'il est l'un des grands noms de l'âge d'or de la science-fiction, c'est aussi l'un des précurseurs du courant moderne qui se préoccupe plus des incidences morales et sociales de la science que des gadgets technologiques. Sa carrière épouse les rythmes irréguliers de sa vie affective dominée par cinq mariages, une ribambelle d'enfants et quelques dépressions plus ou moins graves. S'il excelle dans la nouvelle, il donne à ses thèmes favoris leur expression la plus efficace dans le Cristal qui songe (1950) et les Plus qu'humains (1953) : dans un retour aux valeurs de l'enfance, il voit le dépassement d'une humanité où règnent le mal et la solitude, et son accession à un stade supérieur englobant toutes les créatures et autorisant le contact avec d'autres races, pour le plus grand bien de ces dernières (le Viol cosmique, 1958). Dans la plupart de ses romans (Vénus plus X, 1960), Sturgeon alterne les plans, les temps et les narrateurs sans pour autant altérer la cohérence et la fluidité de son récit.