En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacques Sternberg

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain belge de langue française (Anvers 1923 – Paris 2006).

Il est un maître de la science-fiction (La sortie est au fond de l'espace, 1956 ; Mai 86, 1978). Mais on lui doit aussi des récits de l'absurde (la Géométrie dans l'impossible, 1953 ; Un jour ouvrable, 1961 ; l'Anonyme, 1982), une pièce de théâtre (C'est la guerre, Mr. Gruber, 1968), un scénario de film (Je t'aime, je t'aime, d'Alain Resnais, 1968), des nouvelles et des récits où l'amour et l'humour sont également fous (Un cœur froid, 1971). Virtuose de l'esquisse  et du croquis (Contes glacés, 1974), anticonformiste à la dent dure, il a fait dans son Dictionnaire des idées revues (1985) un bilan de ses humeurs et de ses admirations.