En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

sir Richard Steele

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain irlandais (Dublin 1672 – Carmarthen, pays de Galles, 1729).

Ami d'Addison, il quitte l'armée et lance en 1709 le journal The Tatler (le Bavard), qui paraît trois fois par semaine, d'abord consacré aux nouvelles mondaines, littéraires et politiques. Addison le rejoint bientôt, pour les articles de politique et les essais moraux. The Tatler parut jusqu'en janvier 1711, époque à laquelle le triomphe du parti tory obligea Steele à suspendre la publication. Vint ensuite The Spectator, publié quotidiennement à Londres du 1er mars 1711 au 6 décembre 1712 par Addison et Steele et, plus irrégulièrement, en 1714, par Addison seul. Les articles, réputés écrits par « Mr Spectator », se faisaient l'écho, en des essais qui sont des modèles du genre, de causeries amicales entre les membres d'un club imaginé par Steele. Pour les Whigs, les deux complices créeront d'autres périodiques : The Guardian (1713) et The Englishman (1713-1716). Chassé du Parlement pour avoir prôné la tolérance (la Crise, 1714), Steele devient, sous George Ier, directeur du théâtre de Drury Lane. Les Amants conscients (1722), son chef-d'œuvre dramatique, met au service de la comédie d'intrigue sa vivacité de pamphlétaire.