En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Olaf Stapledon

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Philosophe et écrivain britannique (péninsule de Wirral 1886 – Liverpool 1950).

Professeur de philosophie et de psychologie à l'université de Liverpool, défenseur des théories socialistes, il défend son néohumanisme idéaliste dans un essai, Une théorie moderne de l'éthique (1929), et en donne un prolongement fictionnel dans ses romans, considérés aujourd'hui comme des classiques de la science-fiction. Les Derniers et les Premiers (1930), les Derniers Hommes à Londres (1932) et Créateur d'étoiles (1937) composent un tableau de l'histoire de l'espèce humaine, puis de l'Univers, à travers ses évolutions et ses chutes. Rien qu'un surhomme (1935) est une méditation sur le thème de l'homme d'exception, tandis que Sirius (1944) traite de l'accroissement de l'intelligence au travers de l'histoire d'un chien qu'un savant a doté d'un cerveau humain.