En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Souleïman Ali-Abbas-ogly Roustamzadè, dit Souleïman Roustam

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète azerbaïdjanais (Bakou 1906).

Fils d'ouvrier, il anime le groupe d'écrivains komsomols des Plumes rouges (1925), célèbre romantiquement les héros de l'édification socialiste et de la guerre civile (De la peine à la joie, 1927 ; Étoiles, 1934 ; Tchapaïev, 1936) et soutient de son verbe la lutte de ses compatriotes d'Iran et la résistance au nazisme (Deux Rives, 1949 ; les Vagues de la Caspienne, 1971). Il a dénoncé dans des comédies les survivances des vieilles mœurs (Tchimnaz-hanum, 1922 ; l'Incendie, 1930 ; Dourna, 1948) et consacré un drame historique au chef paysan Gatchag Nabi (1940).