En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Charles Sorel

sieur de Souvigny

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Paris 1582 – id. 1674).

On sait assez peu de chose de sa vie, sinon qu'il fut secrétaire du comte de Cramail (1621), qu'il acheta (1635) la charge d'historiographe du roi à son oncle, qu'il se fit plus connaître par ses parodies et pamphlets que par ses témoignages d'amitié : contre-épreuve de son indépendance d'esprit. Son œuvre est vaste, diverse, et difficile à maîtriser tant il multiplia les pseudonymes et les masques, et pratiqua l'ambiguïté avec délectation. Il débuta avec des romans (Histoire amoureuse de Cléagénor et de Doristée, 1622) qui témoignent rapidement d'un souci de vraisemblance et de réalisme (Nouvelles françaises, 1623), non sans soupçon critique porté sur la possibilité pour le romanesque de décrire le réel. Il développa cette veine avec la Vraie Histoire comique de Francion, plusieurs fois remaniée (1623, 1626, 1633). Dans la tradition picaresque espagnole et la veine satirique néolatine, cet étonnant tableau des mœurs du siècle (au collège, à la campagne, chez les écrivains, à la cour...) témoigne d'une grande audace intellectuelle, exprimée dans une langue d'une richesse singulière : «  Dans mon livre, on peut trouver la langue française tout entière » (Advertissement de 1626) ; il défend d'ailleurs le droit à la diversité lexicale dans un pamphlet contre le purisme académique, le Rôle des présentations (1634). On lui doit aussi une satire du romanesque pastoral, dans la lignée du Don Quichotte (le Berger extravagant, 1627), un tableau caricatural de la société parisienne (Polyandre, 1648) et de railleuses Lois de la galanterie (1644). Son œuvre de critique et d'histoire littéraire (la Bibliothèque française, 1664 ; De la connaissance des bons livres, 1671), ses ouvrages historiques (Histoire de la monarchie française sous Louis XIV, 1662) et encyclopédiques (la Science universelle, 1641-1664) sont un témoignage important sur la vie intellectuelle du xviie s.