En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Penco Slavejkov

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain bulgare (Trjavna 1866 – Brunate, près du lac de Côme, 1912).

Fils de Petko Slavejkov, il fit ses études à Leipzig (1892-1898) et, fortement influencé par la poésie et la philosophie allemandes (Goethe, Heine, Nietzsche), fut le premier, en Bulgarie à la fin du xixe s., à s'enquérir de nouvelles valeurs esthétiques. Désireux de promouvoir une littérature nationale enrichie de l'expérience allemande, et un art qui, éloigné de la problématique sociale et politique, viserait au perfectionnement moral de l'individu par la beauté, il jeta les fondements du modernisme bulgare. Ses recueils poétiques, qui comptent parmi les chefs-d'œuvre de la littérature bulgare (Chants épiques, 1896 ; Rêve de bonheur, 1907 ; Dans l'île des bienheureux, 1910 ; Hymne sanglant, 1911-1913), et ses nombreux articles de critique littéraire parus dans la revue la Pensée – dont il fut avec le Dr Krastev l'un des principaux collaborateurs – annoncent et réalisent sa conception de la création poétique, où l'intellectualisme cède devant l'expression du vécu personnel du poète et où l'individualisme sans réserve apparaît comme le seul garant de la liberté créatrice.