En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Edith Sitwell

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Femme de lettres anglaise (Scarborough 1887 – Londres 1964).

Aristocrate, elle forme avec ses frères Osbert, mémorialiste (1892-1969), et Sacheverell, poète et critique d'art (1897-1988), un trio littéraire célèbre. En 1916, elle dirige avec Nancy Cunard le magazine Wheels (« Roues »), dans lequel elle prend la défense du modernisme. Elle débute dans la sécheresse expérimentale avec Façade (1922, musique de W. Walton) et Comédies bucoliques (1923), avant de redécouvrir le romantisme (la Belle au bois dormant, 1924 ; Gold Coast Customs, 1928). Elle a plus pleinement attesté son universalisme et sa compassion dans des œuvres inspirées de la Seconde Guerre mondiale comme Chansons des rues (1942), Chant du froid (1945), dans ses derniers recueils (Jardiniers et astronomes, 1953 ; les Exclus, 1962) et dans son autobiographie, On veille sur moi (1965).