En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Clifford D. Simak

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain américain (Millville, Wisconsin, 1904 – Minneapolis 1988).

Sa nouvelle intitulée City (1944), publiée en 1951 sous forme de roman (Demain les chiens), constitue le point de départ de l'une des fresques les plus remarquables de la science-fiction. Empreint d'une grande nostalgie, le récit rapporte les légendes relatives à la race mythique des humains, lointains prédécesseurs des chiens. Toute la suite de l'œuvre de Simak, dont le ton et le système de pensée sont dès lors en place, pose le problème de la succession d'une humanité menée à la faillite par son fourvoiement dans l'impasse technologique et urbaine. La plupart de ses récits entrevoient le dépassement serein d'une humanité bornée, sa mutation décisive ou sa disparition dans une fusion cosmique débouchant sur la prolifération des pouvoirs psychiques et une sorte de fraternité universelle de toutes les créatures vivantes (Dans le torrent des siècles, 1951 ; Au carrefour des étoiles, 1963 ; Héritiers des étoiles, 1977). Simak porte un regard de plus en plus théorique sur la relation entre l'être vivant et son environnement naturel (Mastodonia, 1978 ; les Visiteurs, 1980 ; Au pays du mal, 1982 ; la Planète des embûches, 1983).