En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

sir Philip Sidney

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète anglais (Penshurst 1554 – Arnhel, Hollande, 1586).

Poète, soldat courtisan, homme d'État, il incarne l'idéal de la Renaissance, se consacrant à l'écriture après sa défaveur auprès d'Élisabeth Ire. Ses œuvres ne seront publiées qu'à titre posthume. Astrophel et Stella (1591), suite de sonnets inspirés par Penelope Devereux, constitue le modèle du pétrarquisme anglicisé : miroir de la mélancolie passionnée, c'est l'un des chants d'amour les plus raffinés de la tradition chevaleresque. L'Arcadie, roman courtois (1590), est un guide de maintien plus qu'une utopie, une pastorale précieuse conçue en réponse au maniérisme. L'Apologie ou Défense de la poésie (1595) fait de l'art le signe de l'aristocratie intérieure. Le poète est le garant des vertus privées et chevaleresques ; la poésie anglaise, gâtée par l'abus des ornements et la subtilité de l'euphuisme, doit prendre modèle sur l'atticisme antique. C'est le premier manifeste poétique et l'un des grands traités critiques anglais.