En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Avraham Shlonsky

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète israélien (Kremenchtoug, Ukraine, 1900 – Tel-Aviv 1973).

Ses parents, socialistes-sionistes engagés et d'origine hassidique, l'envoient en 1912 pour une année à Tel-Aviv. De retour en Russie, il achève ses études, publie son premier poème (1918) et subit les influences du modernisme russe du début du siècle. Il revient en 1921, construit des routes et accomplit des travaux de défrichement dans la vallée de Jezre'el avant de s'installer à Tel-Aviv en 1922. Il est à la tête d'un groupe de poètes qui se révoltent contre l'hégémonie de Bialik et de son école. En 1925, il passe une année à Paris et se familiarise avec les poètes symbolistes, puis développe ses conceptions nouvelles dans des revues littéraires. Innovateur de la langue hébraïque, maître du calembour et du néologisme, il emprunte symboles et images à la littérature et à la culture juives traditionnelles. Sa poésie expressionniste, aux images violentes et d'une profonde tristesse, est le reflet des époques troubles et tragiques qu'il a vécues. Contemplant les décombres d'un monde qui sort de la guerre, il exprime dans Douleurs (1924) l'effondrement de sa foi. Si le second recueil (À papa maman, 1927) est une évocation nostalgique de la maison paternelle mêlée aux souvenirs du pionnier, Dans la roue (1927) est un retour aux thèmes tragiques des guerres et des pogroms. Tandis que En ces jours (1930) et Pierres de la désolation (1934) donnent une vision accablante de la ville moderne et de l'aliénation du citadin, Chants de la défaite et de la réconciliation (1938) célèbre les paysages enchanteurs de la patrie. Les poèmes suivants (1947), hymne à la gloire d'une vie saine et naturelle et aux valeurs constructives de la société, sont un tribut payé au réalisme socialiste, mais les derniers recueils (Pierres brutes, 1960 ; les Poèmes du long couloir, 1968 ; le Livre des Échelles, 1972) retrouvent un ton plus personnel et dressent le bilan d'une vie de création. Shlonsky, qui a également écrit pour les jeunes, a enrichi la littérature hébraïque de nombreuses traductions, dont plus de cinquante pièces de théâtre.