En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Robert Sheckley

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain américain (New York 1928 – Poughkeepsie, New York 2005).

Après avoir participé à la guerre de Corée entre 1946 et 1948, il choisit d'écrire des romans policiers (Chaud les glaçons !, 1961) et des récits de science-fiction pour la liberté que ce genre lui offre et la labilité du regard qu'il lui permet de jeter sur le monde contemporain. Plusieurs lignes de force caractérisent cette œuvre qui compte plus de vingt romans et pas moins de deux cents nouvelles. De nombreux romans se présentent comme des voyages loufoques dans l'espace ou le temps, accumulation de péripéties discontinues qui s'achèvent presque toujours par le doute, l'incertitude, l'ouverture, la possibilité de continuer le voyage (le Temps meurtrier, 1958 ; Options, 1975 ; le Mariage alchimique d'Alistair Crompton, 1978). L'auteur y multiplie les digressions philosophico-logiques, les récits à tiroirs sur le modèle du Manuscrit trouvé à Saragosse, variant la vitesse du récit et les modalités narratives (Dramoclès, 1983). Il consacre par ailleurs plusieurs nouvelles à l'étude des structures et des pouvoirs du langage (Voulez-vous parler avec moi ?, le Langage de l'amour), explorant les dispositifs langagiers qui enferment l'homme inconsciemment dans une vision dominante du monde. Également remarquable chez lui, le thème de l'institutionnalisation du meurtre, qu'il interprète comme métaphore des relations humaines ou comme mécanisme parfait de régulation sociale.