En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ousmane Sembene

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain et metteur en scène sénégalais (Ziguinchor 1923 – Dakar 2007).

Issu d'une famille de pêcheurs ouolofs de Casamance, il est renvoyé de l'école à 13 ans. Peu attiré par le métier de pêcheur, il exerce divers métiers manuels, est enrôlé dans l'armée française en 1942 et participe, en 1947, à la grève des cheminots de Dakar, qui lui inspire son premier roman, les Bouts de bois de Dieu (paru seulement en 1960). Ce récit engagé, animé d'un puissant souffle épique, a souvent été rapproché de la Condition humaine. Son expérience de docker sur le port de Marseille lui inspire le Docker noir (1956), histoire de Diaw Falla qui, comme l'auteur, écrit un roman dont la propriété littéraire lui est volée et qui ne peut se faire reconnaître. Il publie ensuite Ô Pays, mon beau peuple (1957), des nouvelles (Voltaïque, 1962 ; le Mandat, 1965) et des romans à caractère politique (l'Harmattan, 1964 ; le Dernier de l'Empire, 1981) ou satirique (Xala, 1973). À partir des années 1960, il mène une double carrière de romancier et de cinéaste. Car cet ancien syndicaliste activement engagé pense que le cinéma permet de s'adresser bien plus directement et efficacement au peuple. Il a réalisé une dizaine de moyens et longs métrages couronnés de nombreux prix (Borom Sarret, 1963 ; Taw, 1970 ; Emitaï, 1971 ; Ceddo, 1977), plusieurs d'entre eux étant directement inspirés de son œuvre : Niaye (1969), tiré de Véhi-Ciosane (1964) ; la Noire de... (1966), tiré de Voltaïque ; Manda-Bi (1968), tiré du Mandat ; Xala (1974) ; Guelwaar (1992) ; Faat Kiné (2000).