En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Michel Jean Sedaine

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Auteur dramatique français (Paris 1719 – id. 1797).

Il débuta par des chansons, un vaudeville bouffon, la Tentation de saint Antoine, et une Épître à mon habit (1745). Auteur de Poésies fugitives (1750), d'un poème didactique, le Vaudeville (1756), il vint à l'art dramatique en 1756. Il accumula les succès à l'Opéra-Comique, avec l'aide de Philidor ou de Monsigny : On ne s'avise jamais de tout (1761), le Roi et le Fermier (1762), Rose et Colas (1764), ou, dans un genre plus sombre, le Déserteur (1769). Deux pièces sont restées au répertoire de la Comédie-Française : la Gageure imprévue (1768), badinage à la manière de Marivaux sur les dangers qui guettent un cœur sensible qui s'ennuie, et surtout le Philosophe sans le savoir (1765) la meilleure réussite de la « comédie sérieuse ». Sedaine montre un négociant, M. Vanderk, dans sa vie familiale, à la veille du mariage de sa fille. Mais Vanderk fils doit se battre en duel et toute la famille est bouleversée. Drame bourgeois, l'œuvre de Sedaine l'est d'abord par son contenu idéologique : elle fait un éloge vigoureux du commerce et des commerçants ; elle présente un tableau valorisé de la vie intime et domestique d'un aristocrate converti aux valeurs familiales et au mode de vie bourgeois. À la fin de sa vie, Sedaine se tourna vers l'opéra avec Richard Cœur de Lion (1784, musique de Grétry) et la tragédie (Maillard ou Paris, 1782).