En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Yaqub Sannu ou Yaqub Sanua

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Journaliste et dramaturge égyptien (Le Caire 1839 – Paris 1912).

Véritable créateur du théâtre moderne en Égypte, il commença par une première opérette en 1870, puis écrivit et mit en scène des pièces en arabe dialectal : petites comédies légères dans lesquelles il abordait notamment le problème de la femme en Égypte, au risque de choquer parfois la cour, et innovait en confiant les rôles féminins à des femmes (Une jeune fille à la mode, les Coépouses, Un dandy égyptien, la Bourse du Caire, Patrie et Liberté, l'Amitié, le Molière d'Égypte, 1912). Il fonda aussi le premier journal satirique arabe, Abû al-Nazzâra al-zarqâ' (1877-1910, avec quelques interruptions). Les prises de position sociales, nationalistes et politiques de ce Juif égyptien, franc-maçon et disciple du réformiste musulman Afghânî, lui firent perdre le soutien du khédive Ismâ'îl et le contraignirent à l'exil en 1878 à Paris, d'où il poursuivit son combat contre le despotisme et l'occupant anglais en Égypte.