En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Scévole de Sainte-Marthe

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète français (Loudun 1536 – id. 1623).

Neveu de Charles de Sainte-Marthe, il est contrôleur général des Finances à Poitiers, puis trésorier général du Poitou. Ses Premières Œuvres (1569, 1571) et Œuvres meslées (1573) sont imitées des élégiaques latins (Ovide, Catulle). Plus originales, les Œuvres poétiques (1579, 1600) comprennent les Métamorphoses sacrées, évocation de scènes bibliques, ainsi qu'un ensemble de pièces amoureuses. À ces recueils s'ajoutent de nombreux poèmes de circonstance (naissances et morts royales, victoires). Ses poésies latines se composent de Chants sacrés, de Sylves, d'Épîtres, d'Épigrammes, et de deux livres d'Odes, imitées d'Horace et de Stace. S'y ajoutent, outre une Correspondance, le Paedotrophiea libri tres (1584), traité dans la tradition érasmienne sur l'éducation des enfants qui connut un vif succès, et le Virorum doctrina illustrium elogia (1598), panégyrique des savants les plus éminents du siècle, dont le succès fut également considérable.