En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Umberto Poli, dit Umberto Saba

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain italien (Trieste 1883 – Gorizia 1957).

Son nom (« pain » en hébreu) est un double hommage à sa mère, juive, abandonnée par son père – Ugo Poli – avant sa naissance, et à une nourrice tendrement aimée, Beppa Sabaz. Toute son œuvre poétique, d'une transparence ambiguë, s'enracine dans cette situation originelle. Le décor d'une Trieste populaire et quotidienne, la figure maternelle de son épouse Lina et l'apparition d'adolescents, dont la grâce suscite à la fois la nostalgie et le désir, sont les principaux thèmes de son Canzoniere (1921, 1945 et 1961). Dans Histoire et chroni-histoire du Canzoniere (1948), Saba lui-même soumet toute son œuvre, poème après poème, à un commentaire ironique et anecdotique volontiers immodeste. Les petites proses autobiographiques de Raccourcis et récits (1946) fourmillent, d'autre part, de savoureux aphorismes et de portraits d'une extrême vivacité. Écrit en 1953 et publié en 1975, Ernesto, bref récit de l'initiation sexuelle d'un adolescent de 16 ans dans les bras d'un débardeur de Trieste, à la fin du siècle dernier, puis dans ceux d'une prostituée qui a la tendresse et l'« odeur » de sa nourrice, compte parmi les plus belles pages « matérialistes » de la littérature érotique contemporaine.