En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Angelo Beolco, dit Ruzzante ou Angelo Beolco, dit Ruzante

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain, acteur et metteur en scène italien (Padoue v. 1500 – id. 1542).

Auteur de comédies dialectales, il est passé à la postérité sous le nom du plus célèbre de ses personnages : un paysan en qui s'incarnent, avec une bouffonnerie mêlée de tristesse, les principales contradictions de sa classe. Ruzzante compose et apparaît dans Pastoral (1518-1520), Première Oraison (1521) et Seconde Oraison (1528), La Moscheta (1528), le Parlement (1529), La Fiorina (1531-32) et Anconitana (1534-35). La même thématique sociale, centrée autour d'une opposition ville-campagne souvent doublée d'une perspective antivénitienne, se retrouve dans Betia (1524-1525), en 5 actes en vers, où la caractéristique des personnages aboutit à un véritable plurilinguisme dialectal, alors que dans La Piovana (1532) et Vaccaria (1533), imitées de Plaute, la stylisation des types paysans annonce les « masques » des valets de la commedia dell'arte. Ruzzante innove toutefois, non seulement en accordant le premier rôle aux paysans, mais aussi en soulignant leur condition de vie tragique. Ce faisant, il obéit à des préoccupations moins sociales qu'esthétiques et philosophiques, exposées, notamment, dans ses trois Dialogues, en prose, et dans sa correspondance. Il entend moins plaider la cause des paysans qu'illustrer polémiquement à travers eux un concept de nature, qui est l'inversion parodique et hors norme des valeurs investies dans ce concept par la réflexion humaniste.